Grande fête de fin d’année des Oulpanim 🗓 🗺

GRANDE FÊTE DE FIN D'ANNÉE DES OULPANIM

Les oulpanim en fête !

De nombreuses personnes se sont réunies, le 9 juillet dernier, pour célébrer la fin de l’année scolaire des oulpanim de l’Organisation Sioniste Mondiale en France (OSM France). Une après-midi conviviale et festive !

L’hébreu n’est pas seulement une langue, c’est aussi une culture et, plus encore, la clé d’une alya réussie. C’est dans cet esprit que l’Organisation Sioniste Mondiale en France s’emploie à créer, aux quatre coins de France et de Belgique, des classes d’oulpan en faveur des candidats à l’immigration d’aujourd’hui et de demain. Ainsi, pas moins de 150 sections ont été ouvertes en 2016-2017, en réponse à une demande croissante des communautés juives.

 

Un investissement collectif que la dynamique équipe de l’OSM en France a tenu à célébrer à l’orée des grandes vacances, en rassemblant élèves, professeurs et présidents de communautés lors d’une rencontre animée et agrémentée de chansons populaires interprétées par Or Koskas. De retour du Maroc, où vont aussi être implantés des oulpanim, Moshé Cohen, le président de l’OSM en France, a rappelé à l’assistance ce que l’État d’Israël devait à l’OSM, fondée voici 120 ans. Le KKL (1901), le Keren Hayessod (1920) et même l’Agence juive (1929) en sont des émanations directes. En cette année du centenaire de la déclaration Balfour et du cinquantenaire de la réunification de Jérusalem, le représentant de l’OSM en France n’a pas manqué de réaffirmer sa volonté de « rapprocher les Juifs d’Israël ».

 

Deux invités surprise, venus tout spécialement à Paris, se sont également exprimés à cette occasion. La première, Marina Rosenberg Korytny, n’est autre que la présidente du département de Promotion de l’alya de l’OSM de Jérusalem. « Lorsque je suis arrivée en Israël, j’ai réalisé que j’avais besoin de maîtriser l’hébreu, a confié cette ancienne immigrante d’ex-Union soviétique. Aujourd’hui, je fais en sorte que les Juifs du monde entier puissent l’apprendre à leur tour ! » Le second, le footballeur israélien de légende Mordechai Spiegler, a fait part de son expérience de garçonnet yiddishophone, découvrant la langue hébraïque après l’alya de sa famille, en 1949 : « J’ai alors compris l’importance de l’hébreu. C’est une éducation que ni le football ni le basket ne peuvent apporter. […] Un jour peut-être, je vous rencontrerai en Israël et je me souviendrai vous avoir connus alors que vous ne parliez pas encore l’hébreu… »

 

Mis à l’honneur à travers une vidéo et des témoignages, les étudiants, enseignants, responsables du programme et autres partenaires se sont félicités des progrès accomplis au cours de cette belle année d’apprentissage de la langue du peuple juif, non sans se donner rendez-vous dès le mois de septembre pour la rentrée des oulpanim !

 

Evénements OSM France
Carte